DOCUMENT DE PLAIDOYER

                                                                                        EJO-YOUTH EMPLOYEMENT

NOS ACTIVITES

L’organisation EJO-YOUTH  EMPOWERMENT  est une organisation sans but lucratif  de droit burundais, qui a connu son  existence à l’issue  des échanges  entre jeunes leaders, professionnels  et qualifiés qui, dans un esprit de complémentarité veulent répondre aux préoccupations  des jeunes et de la communauté en générale ,surtout les jeunes intellectuels  et ruraux pour qu’ils deviennent des  entrepreneurs  et les professionnels burundais :Intégration sociaux professionnelles.

Notre organisation a comme vision d’ériger une jeunesse formée, informée et autonomisée au Burundi et comme mission de promouvoir l’intégration et l’épanouissement socio-professionnelle des jeunes.

Nous avons l’objectif de contribuer au développement durable et au bien être communautaire par l’entrepreneuriat et l’autonomisation des jeunes.

I .Nous avons comme axes stratégique :

  • Renforcement des capacités et coaching
  • Autonomisation et intégration socio-professionnelle des jeunes.
  • Mettre en place un centre de recherche et de partage des résultants
  • Participation effective des jeunes à la consolidation de la paix et la cohésion sociale.

Notre Zone d’intervention est :

  • Province Bujumbura rural
  • Mairie de Bujumbura
  • Province Ngozi
  • Province Karusi
  • Gitega

Si les moyens financiers le permettent ; nous continuer avec la province de Kirundo et Gitega.

Pour le moment, nous travaillons principalement  sur deux volets ;

  1. Volet formation et recherche
  2. Volet programmes-projets

Pour le volet de formation et recherche, nous avons constaté que dans le monde des ONGs ici au  Burundi, il ya un manque de management ; suivi et évaluation des activités qui se font sur terrain d’une façon professionnelle c ‘est  pourquoi notre organisation organise des formations envers les employés des ONGs et d’autres personnes qui le veulent afin de renforcer leurs capacités dans les disciplines suivantes ;

-Suivi-Evaluation des projets avec des logiciels d’application comme CSPRO, SPSS, SPHINX, STATA et KOBO COLLECT

-Planification et gestion des projets avec logiciel Ms Project

-Excel avancé

-Data analyst pour ceux qui veulent bien analyser leurs données  à partir des notions des  statistique inférentielles.

-Intégration genre dans les programmes et dans les projets.

Nous avons déjà constaté des impacts à partir de ces formations par des visites que nous rendons aux services des bénéficiaires. Les fonds collectes dans ces formations des employés des ONGs sont utilisés sur terrain pour les activités des jeunes en coopératives et en Association.

Pour le volet programme-projet, nous travaillons avec les jeunes surtout universitaires et ceux qui ont terminé les universités, parce que  nous avons fait un constant que c’est un groupe cible qui a été oublié et qui contient beaucoup des chômeurs .c’est un problème pour le pays. Nous travaillons aussi avec les jeunes ruraux pour qu’ils reçoivent de quoi à faire. Nous travaillons avec eux sur le renforcement des capacités et coaching ; Autonomisation et intégration socio-professionnelles et sur la consolidation de la paix et cohésion sociale.

Nous avons d’abord changé leurs mentalités pour les mettre au courant de la situation actuelle sur le marche du travail au Burundi et dans la sous région. Beaucoup d’entre eux n’étaient  pas informés, ils constatent  cela  à la fin de leurs études universitaires. C’est pourquoi nous travaillons avec ceux qui sont encore à l’université et ceux qui ont terminé les universités  mais  qui souffrent du chômage  au Burundi.

Il y a ceux qui se sont réveillés et qui ont commencé et le pas franchi est satisfaisant comme le montre ceux photos.

                                      

   

Ces photos montrent les jeunes universitaires de formations académiques différentes : des nutritionnistes, chimistes, biologistes, économistes, gestionnaires et ceux qui ont fait le marketing. A partir de nos formations, ils ont mis en place une petite société «Hope for Innovation Company » qui produit du thé à base des feuilles des avocats. Selon BBN(bureau burundais de normalisation), ce produits est très importants en élément nutritifs.

                             

Voilà un autre groupe qui fait l’élevage des abeilles. Ce jeune est entrain de terminer la faculté de droit, il est le coordonnateur de toutes les activités qui se font dans ce groupe. Ils produisent du miel de bonne qualité.

Ils sont regroupés autour d’une coopérative « MWOROZI KUNDA IBIDUKIKIJE » qui est dans la commune MUTIMBUZI. C’est dans cette commune que nous voulons implanter et former beaucoup des coopératives.

                  

 Puisque ce sont des jeunes quelques fois de formation académique différentes chacun contribue dans le groupe  selon son profil. Ce photo montre que le même groupe a implanté une pépinière des plantes fruitières qui va être vendue  beaucoup d’argent.

                             

La même équipe fait l’élevage  des porcs qui produisent beaucoup.

                 

Ces jeunes sont des étudiants de l’université de Ngozi qui sont entrain de réfléchir comment ils peuvent commencer une société de fabrication des craies qui sont utilisées pour écrire sur les tableaux dans les écoles. Ils utilisent leurs connaissances académiques et notre organisation les accompagne techniquement.

Témoignages et histoires de succès

                  

 P.1/ Gyslaine IRADUKUNDA -  membre de EJO-CLUBS de l’Université des Grand Lacs

 « Ejo-Youth Empowerment m’a beaucoup aidé par des formations, coaching et conseils. Maintenant je commence à voir clairement comment je vais affronter la vie entant que       jeune fille burundaise intellectuelle sans attendre d’être embauchée par quelqu’un d’autre. Je me suis associée avec d’autres et nous comptons commencer trois  projets communs d’élevage des porcs, de fabrication des savons et le commerce général à notre niveau comme des intellectuelles. Comme ça je terminerai mes études avec mon propre emploi »

                

P.2/ Ezéchiel IRAKOZE – Université des grands Lacs

« Ejo-Youth Empowerment m’a fait découvert beaucoup des opportunités susceptibles d’être exploitées, moi et mes camarades commençons à construire et exécuter de projets ensemble. Nous sommes déjà déchargés du poids mentale du chômage et sommes plus que déterminés à créer notre propre emploi ».

 

Un vidéo est entrain d’être préparé pour essayer de faire le plaidoyer de ce groupe des jeunes intellectuels qui semblent être ignoré, alors que c’est un fardeau pour le pays d’avoir une grande partie des jeunes intellectuels chômeurs. L’effectif de ces jeunes augmente d’une année à l’autre parce que les universités délivrent des diplômes chaque année.

Apres nombreuses formations de changement de mentalités et d’entreprenariat que nous considérons comme pont d’entrée, nous leurs donnons des formations  complémentaires comme la santé sexuelle et reproductive, la consolidation  de la paix et la bonne gouvernance pour avoir  à la fin une personne formée de tout coté et qui va être utile dans la communauté entant que intellectuel.

Nous sommes  entrain de travailler avec les étudiants de l’université Grands lacs, universités du Burundi, université NTARE RUGAMBA, Ecole Normale Supérieure et  l’université de Ngozi.

 

               

Un des trois groupes de solidarité (club) des élèves autour de l’initiative d’épargne en commune Gashikanwa, province Ngozi grâce à l’encadrement et la formation d’EYE.

Dans cette commune ; nous avons d’autres groupements des jeunes ruraux qui font des activités de génératrices des revenus et de l’élevage. Nous sommes en train de les former pour qu’ils mettent ensemble les coopératives.

C’est pour donner la valeur leur production.

Conclusion :

a. Avantages

L’expérience de toutes ces activités nous a montré que beaucoup des jeunes universitaires ne sont pas informés sur la situation du marché du travail au Burundi .Même toutes les ONGs qui travaillent sur le développement communautaire au Burundi, les jeunes intellectuels ne sont pas considérés. ils travaillent seulement avec les jeunes non instruits.

Or travailler avec ces jeunes intellectuels, nous avons constaté que c’est très facile. ils ne demandent pas beaucoup d’énergie, beaucoup de séance de formation ou de sensibilisation. Il suffit de les informer à partir des bonnes idées pour qu’ils changent leurs mentalités que l’Etat va les embaucher.

Ils sont actifs, ils sont prêts à travailler, les résultats des activités se manifestent directement.

C’est un groupe cible qui demande d’un accompagnement qui n’est pas compliqué.

b. Défit

Parmi les défis que nous avons constaté, ils manquent des fonds pour s’acheter des matériels de transformation appropriés qui peuvent les faciliter d’augmenter la production.

Pour contourner ce défi, notre organisation est entrain de faire des échanges avec la micro finance TWITEZIMBERE pour voir comment ils peuvent bénéficier des crédits selon les fonds déposés aux comptes. Les processus avancent bien. Voir les photos en dessous.

                      

Cette photo montre la réunion des responsables des groupes qui travaillent avec notre organisation et un responsable des opérations du micro finance TWITEZIMBERE qui assit à gauche d’une fille avec des longs cheveux.

Un autre défi c’est le manque des moyens financiers de notre organisation. C’est un défi qui nous limite d’arriver à nos objectifs.

C’est pourquoi nous  approchons aux bailleurs des fonds  pour que notre organisation puisse être soutenue dans la réflexion et dans la faisabilité de toutes  ces activités de deux volets afin que les jeunes burundais intellectuels et chômeurs soient sauvés. C’est un groupe cible vraiment oublié. Puis pour que les professionnels burundais soient renforcés.et enfin pour que les jeunes ruraux et la communauté en générale soient informés, formés et autonomisés financièrement.

 

 

 

 

(0 votes)

Super User